Aller au contenu


Photo
- - - - -

Architecture des catégories


  • Veuillez vous connecter pour répondre
1 réponse à ce sujet

#1 Apollon

Apollon

    Houdini

  • Habitué
  • 10394 messages
  • Location:Près de Paris
  • Ma référence:Hayek, Aron
  • Tendance:Libéral classique

Posté 01/06/2009 - 12:05

Salut, est-ce qu'on aurait une page qui affiche la structure des catégories en une fois, au moins pour les plus importantes ?
Pour les hommes politiques en revanche, on les croit plus occupés à tendre aux hommes des pièges qu'à les diriger pour le mieux, et on les juge rusés plutôt que sages. L'expérience en effet leur a enseigné qu'il y aura des vices aussi longtemps qu'il y aura des hommes ; ils s'appliquent donc à prévenir la malice humaine, et cela par des moyens dont une longue expérience a fait connaître l'efficacité, et que des hommes mus par la crainte plutôt que guidés par la raison ont coutume d'appliquer ; agissant en cela d'une façon qui paraît contraire à la religion, surtout aux théologiens. (Spinoza)

hyperboree-apollon.blogspot.com/

#2 Lexington

Lexington

    Scribe

  • Bureau
  • 9271 messages
  • Location:Paris
  • Ma référence:Hayek, Popper
  • Tendance:Libéral classique

Posté 02/06/2009 - 10:55

Salut, est-ce qu'on aurait une page qui affiche la structure des catégories en une fois, au moins pour les plus importantes ?


Pas à ma connaissance, c'est assez bordélique. Et je doute que la charge de travail que cela représenterait de le faire soit justifiée.

«Racine peint les hommes tels qu'ils sont ; Corneille, tels qu'ils devraient être, j'éprouve la tentation de dire que les libéraux sont raciniens et les socialistes cornéliens. Mais cette transposition ne convient pas. C'est par les mouvements de leur âme que Corneille entend élever hommes ou femmes jusqu'aux sommets de l'hé­roïsme ; c'est par la contrainte que les socialistes veulent conduire leurs sujets à la pratique de ce qu'ils proclament être la vertu. Comparant libéralisme et socialisme, ce n'est pas Racine et Corneille qu'il faut évoquer. C'est Racine et Savonarole», Pierre de Calan

«Savoir se libérer n'est rien ; l'ardu, c'est savoir être libre», André Gide, L'immoraliste

Sur la dette publique: «L'Etat est un alcoolique gravement atteint qui souffre à présent de problèmes de manque. Il en est à un stade où son addiction le rend incapable de travailler et où ses maigres revenus en constante baisse ne suffisent plus à subvenir à sa consommation d'alcool en augmentation. Il n'arrive plus à acheter assez pour éviter les sueurs et les tremblements. Votre diagnostic consiste à dire que le problème est seulement causé par un manque d'alcool et qu'il suffit de donner un peu de vodka au patient pour que tout aille mieux dans le meilleur des monde». (Pan)

contrepoints200.gif
Contrepoints, journal en ligne facebook_mini.jpg twitter_mini.png



0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)