Aller au contenu


Photo
- - - - -

L'histoire dans nos écoles


  • Veuillez vous connecter pour répondre
40 réponses à ce sujet

#1 Wallcroft

Wallcroft

    Scribouillard

  • Nouveau
  • 56 messages

Posté 14/03/2012 - 09:16

Bonjour,

Je suis tombé sur un article il y a quelques jours, parlant des programmes scolaires d'histoire dans nos écoles.

J'ai pu constater que au collège les Clovis, Napoléon, Saint Louis, François I er, ou encore Henri IV et Louis XIV, ne sont plus enseignés au profit de programme type extra-européen comme l'empire du Mali ou encore la Chine des Hans et j'en passe..

De plus au lycée, une réforme datant de 2011 promulguant le fait que l'histoire ne soit enseignés qu'en OPTION pour les terminales S.

Ces diverses réformes pour lutter contre "la portée supposée intégratrice de nos héros".

C'est pour moi une aberration, que d'enlever le peu de culture qu'il nous reste dans nos écoles sur l'histoire de notre pays, ceci n'étant pas un discours intégriste mais plutôt alarmant.

J'attends vos réponse avec impatience, merci.

#2 G7H+

G7H+

    Líder mínimo

  • Bureau
  • 3744 messages

Posté 14/03/2012 - 09:46

L’État, bien loin de ses obligations rÉgaliennes, prÉtend se charger de l'Éducation des enfants : l'Éducation Nationale a ainsi succÉdÉ, en France et dans d'autres pays, à la plus modeste Instruction Publique, ce que les libÉraux considèrent comme une immixtion dans la sphère privÉe et familiale.

Pour certains libÉraux, l'État a un rôle à jouer dans l'Éducation, en permettant aux personnes issues des milieux les moins favorisÉs d'accÉder à un niveau d'instruction qui dÉpend plus d'eux-mêmes que des ressources de leur famille. Cependant, et contrairement à la pratique rÉpandue, cette participation de l'État ne se ferait pas par l'existence et le maintien d'Établissements scolaires publics mais par une distribution de moyens directement auprès des personnes concernÉes - par exemple sous forme de chèque Éducation, acceptÉs par certains Établissements privÉs.

Pour les libertariens, il est injuste de forcer une personne, via l'impôt, à financer l'Éducation d'autrui. L'enseignement est donc un service comme les autres, que des individus ou des entreprises vendent à des clients. S'il Était appliquÉ, ce modèle aurait de nombreux avantages sur le plan de la qualitÉ de l'enseignement. Outre les bÉnÉfices tirÉs de la concurrence entre Établissements scolaires et Écoles de pÉdagogie, la dÉlivrance des principaux diplômes ne serait plus un monopole, ce qui permettrait de valoriser de manière optimale les acquis des Étudiants.

A LIRE : http://www.wikiberal.../wiki/Éducation

Liberty-Finder, the libertarian search engine: http://liberty-finder.com


#3 Rocou

Rocou

    Erudit

  • Utilisateur
  • 10810 messages
  • Tendance:Anarcap

Posté 14/03/2012 - 10:08

C'est pour moi une aberration, que d'enlever le peu de culture qu'il nous reste dans nos écoles sur l'histoire de notre pays, ceci n'étant pas un discours intégriste mais plutôt alarmant.


La culture est affaire personnelle. Le rôle de l'école est avant tout d'apporter une base puis des outils et des méthodes d'apprentissage. C'est mon point de vue.
Cependant, d'un point de vue plus général, dans les deux cas, l'Etat n'a pas a s'en mêler.

"Il y a toutes les différences du monde entre traiter les gens de façon égale et tenter de les rendre égaux. Si le premier est la condition d'une société libre, le second n'est qu'une forme de servitude."
Friedrich Hayek.

www.3dprint4ever.fr Wouah, trop rigolo.

www.jimprimeen3d.fr  Des amis.
http://www.gliconseils.com Le Document Unique en Gironde


#4 Apollon

Apollon

    Houdini

  • Utilisateur
  • 10362 messages
  • Ma référence:Hayek, Aron
  • Tendance:Libéral classique

Posté 14/03/2012 - 10:38

Rassure-toi, Louis XIV est toujours au programme : http://media.educati..._5eme_33518.pdf

La page des programmes : http://www.education...ne0817481a.html
Pour les hommes politiques en revanche, on les croit plus occupés à tendre aux hommes des pièges qu'à les diriger pour le mieux, et on les juge rusés plutôt que sages. L'expérience en effet leur a enseigné qu'il y aura des vices aussi longtemps qu'il y aura des hommes ; ils s'appliquent donc à prévenir la malice humaine, et cela par des moyens dont une longue expérience a fait connaître l'efficacité, et que des hommes mus par la crainte plutôt que guidés par la raison ont coutume d'appliquer ; agissant en cela d'une façon qui paraît contraire à la religion, surtout aux théologiens. (Spinoza)

hyperboree-apollon.blogspot.com/

#5 Kara

Kara

    Gratte-papier

  • Utilisateur
  • 410 messages
  • Ma référence:Hayek, Constant, Mill
  • Tendance:Libéral classique

Posté 14/03/2012 - 10:54

Mon dieu, c'est encore pire que chez nous. Le programme de géo…
"Il affranchit le Rubicon"

#6 ouk

ouk

    Gratte-papier

  • Utilisateur
  • 321 messages
  • Ma référence:Rand, Bastiat
  • Tendance:Libéral classique

Posté 14/03/2012 - 10:57

De plus au lycée, une réforme datant de 2011 promulguant le fait que l'histoire ne soit enseignés qu'en OPTION pour les terminales S.


Ah voilà enfin une bonne réforme. Quand je pense qu'en terminale on essayait de nous fourrer dans le crâne que faire de l'impérialisme à coup de char d'assaut à l'est ou de dollars à l'ouest c'était kifkif. Et que quand on osait écrire le contraire dans un devoir on se prenait une tôle (j'avais fait l'essai, à 2 semaines d'intervalle, de critiquer ou d'appuyer cette affirmation. 4 d'abord, et 17 ensuite). Je me mords les doigts d'avoir continué à assister aux cours après cet épisode.

Idem pour la philo et le français, où on se fait endoctriner par des fanatiques de Rousseau. Je me serais bien passé de ces "enseignements" qui non seulement sont biaisés mais ont tendance à démolir l'esprit critique (cf. le bac oral de français où on demande d'apprendre par coeur et de répéter bien docilement "l'analyse" du prof) au lieu de le favoriser.

C'est pour moi une aberration, que d'enlever le peu de culture qu'il nous reste dans nos écoles sur l'histoire de notre pays, ceci n'étant pas un discours intégriste mais plutôt alarmant.


Non, c'est normal. La culture ça ne s'apprend pas, ça se découvre. Ce n'est pas en avalant une bouille préformatée qu'on devient cultivé.

La culture est affaire personnelle. Le rôle de l'école est avant tout d'apporter une base puis des outils et des méthodes d'apprentissage. C'est mon point de vue.
Cependant, d'un point de vue plus général, dans les deux cas, l'Etat n'a pas a s'en mêler.


Voilà
The only man ever to enter Parliament with honest intentions was Guy Fawkes.

#7 Apollon

Apollon

    Houdini

  • Utilisateur
  • 10362 messages
  • Ma référence:Hayek, Aron
  • Tendance:Libéral classique

Posté 14/03/2012 - 11:00

Mon dieu, c'est encore pire que chez nous. Le programme de géo…

+1, ce sont les programmes de géo et d'éducation civique qui sont le plus amusant.
Pour les hommes politiques en revanche, on les croit plus occupés à tendre aux hommes des pièges qu'à les diriger pour le mieux, et on les juge rusés plutôt que sages. L'expérience en effet leur a enseigné qu'il y aura des vices aussi longtemps qu'il y aura des hommes ; ils s'appliquent donc à prévenir la malice humaine, et cela par des moyens dont une longue expérience a fait connaître l'efficacité, et que des hommes mus par la crainte plutôt que guidés par la raison ont coutume d'appliquer ; agissant en cela d'une façon qui paraît contraire à la religion, surtout aux théologiens. (Spinoza)

hyperboree-apollon.blogspot.com/

#8 ShoTo

ShoTo

    Homme de lettres

  • Utilisateur
  • 2680 messages
  • Ma référence:Feynman, Ron Paul
  • Tendance:Libéral écologiste

Posté 14/03/2012 - 11:41

J'ai eu la chance d'avoir d'excellent profs d'Histoire en terminale mais j'approuve quand même cette réforme, dans ma classe de S on devait être 4 à s'intéresser au cours, alors les laïus de Bayrou et de la gauche sur "l'anéantissement de la conscience nationale" et de "l'oubli du passé" me donnent la nausée…
"Une monnaie papier, basée sur la seule confiance dans le gouvernement qui l'imprime, finit toujours par retourner à sa valeur intrinsèque, c'est-à-dire zéro" Voltaire

#9 John Connor

John Connor

    Littérateur

  • Utilisateur
  • 1000 messages
  • Ma référence:F.MAS
  • Tendance:Libéral classique

Posté 14/03/2012 - 13:20

J'ai eu la chance d'avoir d'excellent profs d'Histoire en terminale mais j'approuve quand même cette réforme, dans ma classe de S on devait être 4 à s'intéresser au cours, alors les laïus de Bayrou et de la gauche sur "l'anéantissement de la conscience nationale" et de "l'oubli du passé" me donnent la nausée…


Tout à fait. L'histoire est interessante mais elle se découvre et elle se comprend au fil de la vie par la curiosité et non pas dans des cours programmatiques où on enseigne une vérité unique. De plus vu que l'histoire est aujourd'hui institutionalisé cela devient affligeant.
" L'homme supérieur demande tout à lui-même ; l'homme vulgaire demande tout aux autres." Confucius

"Laissez le gouvernement percevoir des impôts et répandre des grâces ; mais, pour Dieu, ne l'engagez point à se mêler de nos affaires. Souffrez, s'il ne peut nous oublier, qu'il pense à nous le moins possible. Ses intentions à notre égard sont sans doute les meilleures du monde, ses vues toujours parfaitement sages, et surtout désintéressées ; mais, par une fatalité qui ne se dément jamais, tout ce qu'il encourage languit, tout ce qu'il dirige va mal, tout ce qu'il conserve périt, hors les maisons de jeu et de débauche. L'Opéra, peut-être, aurait peine à se passer du gouvernement ; mais nous, nous ne sommes pas brouillés avec le public. Laboureurs, artisans, nous ne l'ennuyons pas, même en chantant ; à qui travaille, il ne faut que la liberté." Paul-Louis Courier

#10 Snarol

Snarol

    Ecrivaillon

  • Utilisateur
  • 161 messages
  • Ma référence:Bastiat, Raymond Aron
  • Tendance:Libéral classique

Posté 14/03/2012 - 15:02

Comme vous le décrivez très bien, le problème avec l'apprentissage de l'Histoire au cours de la scolarité (surtout au Lycée) est son côté doctrinaire et biaisé. On ne laisse pas la place à l'esprit critique de l'élève, qui est supposé apprendre et recracher par coeur les pseudos analyses de profs syndiqués.
Exemple quant à l'étude de la mondialisation : trololol les méchants capitalistes occidentaux oppriment les pays en phase de développement (à noter que l'on ne peut plus employer le terme de pays sous-développés, jugé trop péjoratif). Voilà en résumé ce que notre prof de terminale nous à conseillé de sortir dans nos copies si le sujet tombait au bac.
Bref, on peut appliquer ces critiques au reste des sciences molles enseignées en France.

#11 Wallcroft

Wallcroft

    Scribouillard

  • Nouveau
  • 56 messages

Posté 14/03/2012 - 16:01

Je ne nie pas cet esprit "propagandiste" des profs, c'est pour ça qu'il faut lire à côté, mais bon faire passer le message à des 6e ou des 5e qu'ils doivent lire Berstein et Milza, voilà une tâche ardue.
Il est vrai que les théories que vous proposez sur l'éducation sont très intéressantes, en y réfléchissant le fait que l'éducation appartienne à la sphère privée à de quoi charmer, mais je doute que ça soit conseillé pour l'intellectualité de la France.
Je ne parle pas de milieu défavorisés que l'Etat va favoriser à coup de milliards pour des résultats minimes, mais je parle des milieux moyens qui doivent avoir accès à l'éducation sinon selon moi on remet en cause la méritocratie voir la mobilité sociale et j'ai bien peur que ça soit la résultante d'un abrutissement générale.
En ce qui concerne ta remarque G7H+, j'approuve totalement qu'il est injustes de faire payer l'éducation d'autrui mais comment faire ? Proposer une gratuité d'enseignement non obligatoire ? ( histoire de faire un épurage et d'avoir un enseignement de qualité ).
Sincérement vos théories m'ont fait douter mais je ne suis pas pour une libéralisation totale de l'enseignement, même si l'Etat devrait y être moins présent, mais ne voyez pas dans mes mots un quelconque discours trop socialiste ni trop influencé.
Je prône comme vous le libéralisme mais à différentes échelles peut-être.
merci

#12 Mathieu_D

Mathieu_D

    Super Franchouille

  • Utilisateur
  • 8356 messages
  • Ma référence:Modern Drunkard Magazine

Posté 14/03/2012 - 16:48

J'sais pas comment vous avez pu avoir des profs d'histoire bolcho, tous ceux que j'ai eu étaient conservateurs. C'est le cas également de mes amis devenus profs de cette matière.

#13 Calvin

Calvin

    Plumitif

  • Utilisateur
  • 577 messages

Posté 14/03/2012 - 16:56

J'sais pas comment vous avez pu avoir des profs d'histoire bolcho,

Dans une autre vie (où j'ai passé le bac en 1988), je peux te confirmer que la plupart de mes profs étaient marxistes, mais tu as raison, pas bolcho.
Rien qu'en 1ère, on a étudié la différence entre la RFA et la RDA, et que le prof, des trémolos dans la voix, expliquait que sur de nombreux points l'avantage allait vers les teutons de l'Est.
1988, je vous dis… J'ai failli aller saluer mon ancien prof à la chute du mur…

#14 Lancelot

Lancelot

    21st century schizoid man

  • Utilisateur
  • 6390 messages
  • Ma référence:Schopenhauer
  • Tendance:Anarcap

Posté 14/03/2012 - 17:29

Comme vous le décrivez très bien, le problème avec l'apprentissage de l'Histoire au cours de la scolarité (surtout au Lycée) est son côté doctrinaire et biaisé. On ne laisse pas la place à l'esprit critique de l'élève, qui est supposé apprendre et recracher par coeur les pseudos analyses de profs syndiqués.
Exemple quant à l'étude de la mondialisation : trololol les méchants capitalistes occidentaux oppriment les pays en phase de développement (à noter que l'on ne peut plus employer le terme de pays sous-développés, jugé trop péjoratif). Voilà en résumé ce que notre prof de terminale nous à conseillé de sortir dans nos copies si le sujet tombait au bac.
Bref, on peut appliquer ces critiques au reste des sciences molles enseignées en France.

Jusqu'à il n'y a pas très longtemps je n'aurais pas été d'accord et l'appauvrissement programmé des programmes (comme pour l'Histoire en S) me chagrinait. Maintenant, je dois admettre, même si c'est malheureux, que la culture acquise au collège et au lycée est souvent plus un frein qu'autre chose dans toutes les matières qui peuvent être idéologisées.
Peut-être qu'il vaudrait mieux, effectivement, se recentrer sur la science "dure", le Français et les langues étrangères et laisser aux élèves la chance soit de se renseigner par eux-mêmes, soit au moins de commencer à étudier ces sujets dans le supérieur sans s'être fait pourrir la tête au préalable.
Any sufficiently advanced technology is indistinguishable from magic.
- Arthur C. Clarke

Any sufficiently analyzed magic is indistinguishable from science!
- Agatha Heterodyne

#15 Nik

Nik

    Pisse-bleu

  • Utilisateur
  • 230 messages

Posté 14/03/2012 - 17:32

Exemple quant à l'étude de la mondialisation : trololol les méchants capitalistes occidentaux oppriment les pays en phase de développement (à noter que l'on ne peut plus employer le terme de pays sous-développés, jugé trop péjoratif). Voilà en résumé ce que notre prof de terminale nous à conseillé de sortir dans nos copies si le sujet tombait au bac.


+1. Je me souviens que quand j'ai passé le bac, le sujet était la mondialisation, et j'avais eu l'outrecuidance de dire que la mondialisation c'était bien même pour les pays pauvres etc…Et je suis presque sûr d'avoir été sanctionné à cause de cet écart à la pensée unique.

Il est vrai que les théories que vous proposez sur l'éducation sont très intéressantes, en y réfléchissant le fait que l'éducation appartienne à la sphère privée à de quoi charmer, mais je doute que ça soit conseillé pour l'intellectualité de la France.
Je ne parle pas de milieu défavorisés que l'Etat va favoriser à coup de milliards pour des résultats minimes, mais je parle des milieux moyens qui doivent avoir accès à l'éducation sinon selon moi on remet en cause la méritocratie voir la mobilité sociale et j'ai bien peur que ça soit la résultante d'un abrutissement générale.
En ce qui concerne ta remarque G7H+, j'approuve totalement qu'il est injustes de faire payer l'éducation d'autrui mais comment faire ? Proposer une gratuité d'enseignement non obligatoire ? ( histoire de faire un épurage et d'avoir un enseignement de qualité ).
Sincérement vos théories m'ont fait douter mais je ne suis pas pour une libéralisation totale de l'enseignement, même si l'Etat devrait y être moins présent, mais ne voyez pas dans mes mots un quelconque discours trop socialiste ni trop influencé.
Je prône comme vous le libéralisme mais à différentes échelles peut-être.
merci


Je serais presque d'accord mais tu entends quoi précisément par libéralisation totale de l'enseignement ?

#16 Jesrad

Jesrad

    Lost in translation

  • Habitué
  • 7636 messages
  • Ma référence:Anselme Bellegarrigue
  • Tendance:Anarcap

Posté 14/03/2012 - 18:07

J'ai plus appris sur l'Histoire de France en cours de latin et de français, qu'en cours d'histoire.

Et plus encore en lisant L'histoire du monde en BD de Larry Gonick.
Anarchy isn't about having no rules. It is about having no rulers who enforce unwanted rules on you. -- Kent McManigal
La seule fonction que l'Etat s'applique à remplir à merveille, c'est de se justifier. -- Pankkake
Il n'y a pas de vertu contrainte. -- Pierre Bessard
Rien n'est nécessaire qui ne soit juste. -- Frédéric Bastiat
Le libéralisme c'est "laissez-faire", le socialisme c'est "laissez-vous faire". -- Malky
La démocratie absolue, c'est le pogrom devenu loi. -- paraphrasé depuis Rincevent
Bullshit makes the flowers grow, and that's beautiful.

#17 lokir

lokir

    Ecrivaillon

  • Utilisateur
  • 116 messages
  • Ma référence:Eric Cartman

Posté 14/03/2012 - 18:39

Jusqu'à il n'y a pas très longtemps je n'aurais pas été d'accord et l'appauvrissement programmé des programmes (comme pour l'Histoire en S) me chagrinait. Maintenant, je dois admettre, même si c'est malheureux, que la culture acquise au collège et au lycée est souvent plus un frein qu'autre chose dans toutes les matières qui peuvent être idéologisées.
Peut-être qu'il vaudrait mieux, effectivement, se recentrer sur la science "dure", le Français et les langues étrangères et laisser aux élèves la chance soit de se renseigner par eux-mêmes, soit au moins de commencer à étudier ces sujets dans le supérieur sans s'être fait pourrir la tête au préalable.

Je ne suis pas d'accord quand tu dit qu'il faudrait mettre plutôt l'accent sur la science "dure" et les langues en délaissant les matières "secondaires" (histoire-géo, éco…). C'est vrai qu'il y a un coté bourrage de crane et que les élèves peuvent se cultiver en dehors de l'école (fort heureusement d'ailleurs…). Mais ce genre de comportement n'est pas présent chez tout le monde et l'école peut permettre de découvrir des idéologies, des auteurs etc que l'élève approfondira lui-même si il veut.

De plus, pour ce qui est du bourrage de crane, il est également présent dans le supérieur. Cette pensée unique (chez un prof ou dans un programme) peu pousser certains élèves à remettre en cause cette unique vision des choses, ce qui leur permet de penser par eux-même et d'apprendre à débattre. Personnellement, j'ai passé mes années collège et lycée à remettre en cause ce que disaient mes profs.

Je suis le post de Jack.

 

 

Désolé pour les fautes, j'ai été instruit par l'EdNat.


#18 Lancelot

Lancelot

    21st century schizoid man

  • Utilisateur
  • 6390 messages
  • Ma référence:Schopenhauer
  • Tendance:Anarcap

Posté 14/03/2012 - 19:21

Je ne suis pas d'accord quand tu dis qu'il faudrait mettre plutôt l'accent sur la science "dure" et les langues en délaissant les matières "secondaires" (histoire-géo, éco…).

Il s'agirait plus de mettre l'accent sur les matières les moins susceptibles d'idéologisation à outrance. Et encore, ça n'éliminerait pas totalement le problème (il y en a bien qui veulent infester la biologie avec des genders studies…), mais dans l'état actuel des choses, c'est peut-être ce qui marcherait le mieux pour sauver les meubles en attendant des réformes plus radicales.

C'est vrai qu'il y a un coté bourrage de crâne et que les élèves peuvent se cultiver en dehors de l'école (fort heureusement d'ailleurs…). Mais ce genre de comportement n'est pas présent chez tout le monde et l'école peut permettre de découvrir des idéologies, des auteurs etc que l'élève approfondira lui-même si il veut.

Pas besoin de cours pour découvrir les idéologies socialiste et social-démocrate, ouvrir les yeux et les oreilles suffit…

De plus, pour ce qui est du bourrage de crâne, il est également présent dans le supérieur. Cette pensée unique (chez un prof ou dans un programme) peu pousser certains élèves à remettre en cause cette unique vision des choses, ce qui leur permet de penser par eux-même et d'apprendre à débattre. Personnellement, j'ai passé mes années collège et lycée à remettre en cause ce que disaient mes profs.

Je sais bien ce que tout n'est pas parfait dans le supérieur, mais au moins les élèves y sont plus âgés et (espérons-le) un peu plus matures, ce qui fait qu'ils ont moins tendance à gober tout ce qu'on leur raconte (surtout ceux qui sortent d'une formation très rigoureuse au niveau scientifique, c'est une observation empirique).
Encore une fois ce n'est pas un remède miracle mais c'est mieux que rien en attendant de réhausser le niveau du bac et du brevet (ou mieux, de privatiser l'éducation).
Any sufficiently advanced technology is indistinguishable from magic.
- Arthur C. Clarke

Any sufficiently analyzed magic is indistinguishable from science!
- Agatha Heterodyne

#19 POE

POE

    Bêta Bloquant

  • Utilisateur
  • 5970 messages
  • Ma référence:Aristote

Posté 14/03/2012 - 19:33

La culture ça ne s'apprend pas, ça se découvre. Ce n'est pas en avalant une bouille préformatée qu'on devient cultivé.

ça c'est quand on est grand, et capable de réflechir par soi même, et de digérer toute sorte de texte, mais pour les tout petits, il faut de la bouillie, le temps qu'ils grandissent.
Le débat c'est de savoir si la bouillie est bonne ou pas.

Peler une pomme de terre bouillie de bonne qualité est un plaisir de choix.

 

Francis Ponge, Pièces (1962)


#20 Wallcroft

Wallcroft

    Scribouillard

  • Nouveau
  • 56 messages

Posté 14/03/2012 - 21:29

Nik,
ce que j'entends par libéralisation totale de l'enseignement c'est chacun est acteur et libre de l'éducation qu'il reçoit et qu'il donne, sans que l'Etat ne vienne critiquer quoique ce soit ou encore obliger l'école.
J'espère avoir été assez compréhensible sur ce point la.


0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)