Aller au contenu


Photo
- - - - -

Étalon Or : Mise En Place En Pratique


  • Ce sujet est fermé Ce sujet est fermé
225 réponses à ce sujet

#1 alpha42

alpha42

    Illettré

  • Nouveau
  • 10 messages
  • Tendance:Minarchiste

Posté 20/12/2012 - 22:05

Je me pose des questions sur la mise en place en pratique de l'étalon-or. (Et je n'ai pas trouvé ma réponse dans la liste sur la page WIkibéral.)

 

Supposons que la BCE décide de baser la valeur de l'euro sur l'or. Comment faudrait-il établir la parité euro/or ? Imaginons qu'on prenne le cours actuel de l'or en euros. Si on demande à échanger ses euros contre de l'or la BCE peut acheter l'or correspondant sur le marché. Tout va bien. Mais si le cours de l'or augmente ? La BCE ne pourra pas échanger nos euros ? Ou alors faut-il imaginer que la BCE commence par acheter une certaine quantité d'or et ensuite annonce une parité or/euro telle que la masse monétaire = la quantité d'or elle qu'elle a ?



#2 Hank Rearden

Hank Rearden

    Homme de lettres

  • Utilisateur
  • 2623 messages

Posté 20/12/2012 - 22:08

Supposons que la BCE décide de baser la valeur de l'euro sur l'or.

 

Supposons que les politiques aient envie de se tirer une cartouche de gros 12 dans la gueule....à défaut de se la mettre dans le pied.


"Les socialistes sont pessimistes quant à la nature humaine et optimistes quant à leur capacité à la dresser. Les libéraux, c'est le contraire."  Laffreuxthomas


#3 h16

h16

    Capitaine Blâme

  • Administrateur
  • 53054 messages
  • Ma référence:Achille Talon
  • Tendance:Anarcap

Posté 20/12/2012 - 22:08

Je n'ai pas de réponse évidente mais en regardant ce qui s'est fait dans le passé, cela devrait donner quelques idées.

Cependant, il faut bien comprendre qu'un tel retour à un étalon proviendrait d'une crise mondiale sans précédent ("at gun point" serait l'expression idoine).


Méluche, c’est un poème. Ecrit en gros caractères tordus, avec des fautes et des bavures, de travers sur une carte postale, mais un poème tout de même.
Dieu c'est un peu un gros trampoline cosmogonique au syncrétisme quasi caoutchouteux. (Jim16)
hashtable

#4 h16

h16

    Capitaine Blâme

  • Administrateur
  • 53054 messages
  • Ma référence:Achille Talon
  • Tendance:Anarcap

Posté 20/12/2012 - 22:08

(et je vois que Hank Rearden pense la même chose)


Méluche, c’est un poème. Ecrit en gros caractères tordus, avec des fautes et des bavures, de travers sur une carte postale, mais un poème tout de même.
Dieu c'est un peu un gros trampoline cosmogonique au syncrétisme quasi caoutchouteux. (Jim16)
hashtable

#5 alpha42

alpha42

    Illettré

  • Nouveau
  • 10 messages
  • Tendance:Minarchiste

Posté 20/12/2012 - 22:26

Sinon, autre question. Dans un système où des banques privés impriment des billets convertibles en or, elle doivent donc avoir, au moins en partie, l'or réellement disponible. Si cette pratique se généralise, ne risque-t-on pas d'avoir besoin de beaucoup d'or dans les coffres qui n'est du coup pas utilisable pour l'industrie, ou qui du coup coûterait beaucoup plus cher aux industries qui ont besoin d'or (puisqu'elles seraient en concurrence avec les banques pour avoir besoin de l'or) ?



#6 Rincevent

Rincevent

    Encyclopédie humaine

  • Animateur
  • 27077 messages
  • Ma référence:Revel, Simonnot, Sowell
  • Tendance:Libéral classique

Posté 20/12/2012 - 22:36

Pour baser sa monnaie sur de l'or, il faut posséder de l'or, pour couvrir au moins une partie de la monnaie émise(*). Donc faut faire le rapport entre la masse d'or possédée par la BCE d'une part, et la masse monétaire émise multipliée par le taux de réserve. Problème : le taux de réserve optimal, on ne le connait pas, et mal l'estimer, dans une direction comme une autre, c'est se réserver des problèmes, de très gros problèmes.

(*) D'ailleurs, on ne peut pas raisonnablement parler d'étalon-or sans convertibilité de la monnaie. C'est peut-être, avec l'absence de cours forcé, le vrai signe d'un réel étalon-or.
Malgré une littérature aussi abondante que fervente sur la "distribution des revenus", le fait est que la plupart des revenus ne sont pas distribués, mais gagnés. (Sowell) - La politesse se doit, la confiance s'accorde, mais le respect se mérite. - The meaning of peace is the absence of opposition to socialism. (Marx) - Social is a weasel word which has acquired the power to empty the nouns it qualifies of their meaning. (Hayek) - Qui cherche dans la liberté autre chose qu'elle-même est fait pour servir. (Tocqueville) - Dans tout ce qu'on nomme les excès de la liberté, je ne reconnais que l'éducation de la servitude. (Benjamin Constant)

Le monde repose sur le savoir, le travail et la libéralité ; il se maintient par la vérité, la justice et la coopération. (Adapté de I, 2 et 18) - Que les hommes d'Etat soient calmes, car, sans cela, les hommes s'entre-dévoreraient. (Adapté de III, 2) - Celui qui dirige mal son peuple ne pourra jamais expier son crime. (Adapté de V, 21) - Le vrai héros est celui qui sait faire d'un ennemi un ami. (A de R N, 23)

Comme bien d'autres libéraux, je suis passé de "L'individualisme, c'est cool" à "Le marché libre, ça marche", puis à "L'Etat qui planifie, c'est dangereux". (Robert Bradley, Jr)

#7 Snow

Snow

    Moine-copiste

  • Utilisateur
  • 6232 messages

Posté 20/12/2012 - 22:52

Sinon, autre question. Dans un système où des banques privés impriment des billets convertibles en or, elle doivent donc avoir, au moins en partie, l'or réellement disponible. Si cette pratique se généralise, ne risque-t-on pas d'avoir besoin de beaucoup d'or dans les coffres qui n'est du coup pas utilisable pour l'industrie, ou qui du coup coûterait beaucoup plus cher aux industries qui ont besoin d'or (puisqu'elles seraient en concurrence avec les banques pour avoir besoin de l'or) ?

 

Les industries qui ont besoin d'or n'ont qu'à échanger leurs billets contre de l'or, je ne vois pas où serait le problème.


Haters gonna hate !

Spoiler

#8 Snow

Snow

    Moine-copiste

  • Utilisateur
  • 6232 messages

Posté 20/12/2012 - 22:54

Problème : le taux de réserve optimal, on ne le connait pas, et mal l'estimer, dans une direction comme une autre, c'est se réserver des problèmes, de très gros problèmes.

 

Pourquoi pas 100% ?


Haters gonna hate !

Spoiler

#9 Rincevent

Rincevent

    Encyclopédie humaine

  • Animateur
  • 27077 messages
  • Ma référence:Revel, Simonnot, Sowell
  • Tendance:Libéral classique

Posté 20/12/2012 - 23:15

Pourquoi pas 100% ?

Pourquoi 100 %, au juste ? Historiquement, les banques ont toujours utilisé la loi des grands nombres (sinon, ça s'appelle un entrepôt), et la fongibilité des matières monétaires le justifie théoriquement. Il y aura peut-être des banques qui proposeront un tel service, mais il aura un coût, et il n'intéressera sans doute qu'une mince fraction des clients.
Malgré une littérature aussi abondante que fervente sur la "distribution des revenus", le fait est que la plupart des revenus ne sont pas distribués, mais gagnés. (Sowell) - La politesse se doit, la confiance s'accorde, mais le respect se mérite. - The meaning of peace is the absence of opposition to socialism. (Marx) - Social is a weasel word which has acquired the power to empty the nouns it qualifies of their meaning. (Hayek) - Qui cherche dans la liberté autre chose qu'elle-même est fait pour servir. (Tocqueville) - Dans tout ce qu'on nomme les excès de la liberté, je ne reconnais que l'éducation de la servitude. (Benjamin Constant)

Le monde repose sur le savoir, le travail et la libéralité ; il se maintient par la vérité, la justice et la coopération. (Adapté de I, 2 et 18) - Que les hommes d'Etat soient calmes, car, sans cela, les hommes s'entre-dévoreraient. (Adapté de III, 2) - Celui qui dirige mal son peuple ne pourra jamais expier son crime. (Adapté de V, 21) - Le vrai héros est celui qui sait faire d'un ennemi un ami. (A de R N, 23)

Comme bien d'autres libéraux, je suis passé de "L'individualisme, c'est cool" à "Le marché libre, ça marche", puis à "L'Etat qui planifie, c'est dangereux". (Robert Bradley, Jr)

#10 Lameador

Lameador

    Littérateur

  • Utilisateur
  • 1035 messages
  • Ma référence:Margaret Thatcher
  • Tendance:Libéral conservateur

Posté 21/12/2012 - 01:43

Le retour à l'étalon or peut se faire de façon très simple. Il suffit d'autoriser les vendeurs à demander un paiement en or (inutile de les obliger à le faire, juste les autoriser). Ensuite, libre à chacun de faire ce qu'il veut. On peut même imaginer un système dual dans lequel certaines sommes, par exemple les impôts, restent exigibles en euro.

 

En fait il suffit d'autoriser l'or comme monnaie. Concrètement, cela revient à dire que des prix peuvent être exigés en or. Libre ensuite à Renault de proposer des Méganes à 75 Napoleons plutôt que 20k€

 

Une alternative. Un petit boutiquier oriental, appelons le Mahmoudine A, propose de vendre du liquide salissant à 1gramme d'or le baril (mais refuse tout autre moyen de paiement). Ou Hugo C, le chef du gouvernement d'un pays sud-américain propose de lancer un emprunt d'état payable en or, par exemple au taux de 1% sur 10 ans. a moins que le type elu personnalité de l'année par les internautes (mais censuré par les pisse-vinaigre du Time, qui ont raté une réelle occasion de tendre la main à un pays à fort potentiel) décide de vendre de l'uranium enrichi contre de l'or, à poids équivalent. Ou autoriser Apple à ne vendre en priorité les iPhone 6 que contre 0.5 once d'or.

 

Les conséquences, par contre, risquent d'être violentes.

 

Quant à garantir la convertibilité d'une devise en or, cela serait absolument suicidaire de mon point de vue, et totalement contreproductif. L'échange entre monnaies, c'est le rôle des marchés, l'or pourrait être une monnaie parmi d'autres. Celui qui s'engage à intervenir sur un marché de changes flottants pour maintenir un cours plancher est certain de se faire ouvrir l'anus, à la seule exception d'une banque centrale déterminée à bloquer l'appréciation de sa devise (la BNS par exemple). Les américains en ont fait l'amère expérience avec Bretton Woods, et c'est ce qui justifie la légitime méfiance de Charles Gave (et d'autres brillants penseurs) envers l'or.

 

De mon point de vue, l'or est une devise parmi d'autres. La BCE doit juste s'entendre avec les états européens pur s'assurer qu'un achat non dispensable (le paiement des impôts) ne peut se faire que en euros.

 

A relativement court terme (5 ans max), je pense le retour de l'étalon or probable. Le contrôle des USA sur les systèmes de paiements internationaux de devises, et leur volonté d'utiliser ce contrôle comme instrument de coercition au service de leur politique étrangère va rendre le dollar totalement inacceptable comme devise de référence pour certains acteurs. L'Iran en premier chef, le Venezuela, la Chine et la Russie ensuite. Le gel des avoirs iraniens est l'équivalent au XXI eme siècle d'un blocus par la Royal Navy au XIXe. Disons même, sans faire l'apologie d'une riposte terroriste ou bactériologique, qu'il s'agit indubitablement d'un acte de guerre. Ce n'est pas les QE qui vont causer la chute du système dollar, mais le droit que s'arrogent les impérialistes diplomates américains de geler les actifs des gens qui leur déplaisent.

 

En un sens je dirais même que les QEs sont une bonne tactique : autant se financer en dollar tant que la devise vaut quelque chose.

 

Ceci dit, attention à ne pas aller chier dans le nid de l'aigle américain : je fais partie de ceux qui considèrent que la décision d'envahir l'Irak a fait suite à la vente de pétrole exclusivement en euros par Saddam Hussein.

 

 



#11 pankkake

pankkake

    Docteur ès lettres

  • Habitué
  • 17597 messages

Posté 21/12/2012 - 17:34

:chine:

#12 xara

xara

    Dr. Grump

  • Habitué
  • 3491 messages

Posté 21/12/2012 - 18:28

On ne peut pas discuter de manière rationelle de la mise en place de quelque chose si on n'a pas déjà défini le quelque chose en question. Or justement "étalon or" a désigné différents systèmes dans l'histoire et est utilisé pour d'autres systèmes encore. On retrouve les mêmes ambiguïtés dans le temre "convertibilité" employé indifféremment pour des trucs qui n'ont rien à voir entre eux. Bref, faut d'abord savoir de quoi on parle.


Remember: occasionally, it may be an interesting question to ask why a man says what he says; but whatever the answer, it does not tell us anything about whether what he says is true or false. - Joseph Schumpeter

Just as the two basic and mutually exclusive inter-relations between men are peaceful co-operation or coercive exploitation, production or predation, so the history of mankind, – particularly its economic history, may be considered as a contest between these two principles. On the one hand, there is creative productivity, peaceful exchange and cooperation; on the other, coercive dictation and predation over those social relations. - Murray Rothbard

The trouble with quotes on the internet is that it’s difficult to discern whether or not they are genuine. ― Abraham Lincoln


#13 tout38

tout38

    Ecrivain public

  • Utilisateur
  • 1655 messages
  • Ma référence:Bastiat, Rueff, Simonnot
  • Tendance:Libéral conservateur

Posté 21/12/2012 - 19:23

On ne peut pas discuter de manière rationelle de la mise en place de quelque chose si on n'a pas déjà défini le quelque chose en question. Or justement "étalon or" a désigné différents systèmes dans l'histoire et est utilisé pour d'autres systèmes encore. On retrouve les mêmes ambiguïtés dans le temre "convertibilité" employé indifféremment pour des trucs qui n'ont rien à voir entre eux. Bref, faut d'abord savoir de quoi on parle.

 

Les choses semblent pourtant claires. Il est question ici du vrai Etalon or, c'est-à-dire de celui d'avant 1914. Chaque monnaie correspondait alors à une quantité d'or fixe et pouvait être effectivement échangée contre la quantité d'or correspondante par n'importe quel acteur économique, fut-il le plus modeste des citoyens.

 

Cet excellent système qui permit aux monnaies concernées de ne point se déprécier durant la période où il fut appliqué, ne doit cependant pas être confondu avec ses pâles ersatz. En particulier, les étalons dits de "change or" en vigueur durant une partie de l'entre-deux-guerres et surtout après la Seconde Guerre Mondiale, des accords de Bretton Woods (1944) jusqu'à la fin de la convertibilité du dollar en or(1971).
 

Le vice de ce système supposé assurer des changes fixes provenait du fait que le dollar était la seule monnaie directement convertible en or (et encore cela ne s'appliquait pas au simple quidam, ce privilège était réservé aux banques et aux Etats). Les autres monnaies devaient ainsi être préalablement converties en dollar, avant de pouvoir être exprimées en or. D'où de multiples dysfonctionnements, à l'origine de la fin de la convertibilité du dollar à partir de 1971 et le retour des monnaies flottantes, source d'instabilité et de déséquilibres destructeurs. Lesquels ont largement contribué à l'actuelle crise financière.

 

Pour ceux que le sujet intéresse, je suggère outre la lecture des excellents articles du grand Jacques Rueff, facilement accessibles sur Internet, celle de l'ouvrage du non moins éminent professeur Antal Fekete: "Le retour au standard or" édition  "Le jardin des livres".



#14 xara

xara

    Dr. Grump

  • Habitué
  • 3491 messages

Posté 21/12/2012 - 20:08

Les choses semblent pourtant claires. Il est question ici du vrai Etalon or, c'est-à-dire de celui d'avant 1914. Chaque monnaie correspondait alors à une quantité d'or fixe et pouvait être effectivement échangée contre la quantité d'or correspondante par n'importe quel acteur économique, fut-il le plus modeste des citoyens.

 

Relisez le post initial, il n'est justement pas clair du tout que son auteur parlait de ça.


Remember: occasionally, it may be an interesting question to ask why a man says what he says; but whatever the answer, it does not tell us anything about whether what he says is true or false. - Joseph Schumpeter

Just as the two basic and mutually exclusive inter-relations between men are peaceful co-operation or coercive exploitation, production or predation, so the history of mankind, – particularly its economic history, may be considered as a contest between these two principles. On the one hand, there is creative productivity, peaceful exchange and cooperation; on the other, coercive dictation and predation over those social relations. - Murray Rothbard

The trouble with quotes on the internet is that it’s difficult to discern whether or not they are genuine. ― Abraham Lincoln


#15 Rincevent

Rincevent

    Encyclopédie humaine

  • Animateur
  • 27077 messages
  • Ma référence:Revel, Simonnot, Sowell
  • Tendance:Libéral classique

Posté 21/12/2012 - 20:29

Le retour à l'étalon or peut se faire de façon très simple. Il suffit d'autoriser les vendeurs à demander un paiement en or (inutile de les obliger à le faire, juste les autoriser). Ensuite, libre à chacun de faire ce qu'il veut. On peut même imaginer un système dual dans lequel certaines sommes, par exemple les impôts, restent exigibles en euro.
 
En fait il suffit d'autoriser l'or comme monnaie. Concrètement, cela revient à dire que des prix peuvent être exigés en or. Libre ensuite à Renault de proposer des Méganes à 75 Napoleons plutôt que 20k€
 
Une alternative. Un petit boutiquier oriental, appelons le Mahmoudine A, propose de vendre du liquide salissant à 1gramme d'or le baril (mais refuse tout autre moyen de paiement). Ou Hugo C, le chef du gouvernement d'un pays sud-américain propose de lancer un emprunt d'état payable en or, par exemple au taux de 1% sur 10 ans. a moins que le type elu personnalité de l'année par les internautes (mais censuré par les pisse-vinaigre du Time, qui ont raté une réelle occasion de tendre la main à un pays à fort potentiel) décide de vendre de l'uranium enrichi contre de l'or, à poids équivalent. Ou autoriser Apple à ne vendre en priorité les iPhone 6 que contre 0.5 once d'or.

Merci d'illustrer ce que je voulais dire par "absence de cours forcé". ;)
Malgré une littérature aussi abondante que fervente sur la "distribution des revenus", le fait est que la plupart des revenus ne sont pas distribués, mais gagnés. (Sowell) - La politesse se doit, la confiance s'accorde, mais le respect se mérite. - The meaning of peace is the absence of opposition to socialism. (Marx) - Social is a weasel word which has acquired the power to empty the nouns it qualifies of their meaning. (Hayek) - Qui cherche dans la liberté autre chose qu'elle-même est fait pour servir. (Tocqueville) - Dans tout ce qu'on nomme les excès de la liberté, je ne reconnais que l'éducation de la servitude. (Benjamin Constant)

Le monde repose sur le savoir, le travail et la libéralité ; il se maintient par la vérité, la justice et la coopération. (Adapté de I, 2 et 18) - Que les hommes d'Etat soient calmes, car, sans cela, les hommes s'entre-dévoreraient. (Adapté de III, 2) - Celui qui dirige mal son peuple ne pourra jamais expier son crime. (Adapté de V, 21) - Le vrai héros est celui qui sait faire d'un ennemi un ami. (A de R N, 23)

Comme bien d'autres libéraux, je suis passé de "L'individualisme, c'est cool" à "Le marché libre, ça marche", puis à "L'Etat qui planifie, c'est dangereux". (Robert Bradley, Jr)

#16 alpha42

alpha42

    Illettré

  • Nouveau
  • 10 messages
  • Tendance:Minarchiste

Posté 21/12/2012 - 21:32

Relisez le post initial, il n'est justement pas clair du tout que son auteur parlait de ça.

 

OK mais ma question portait bien sur le véritable étalon or d'avant 1914 et pas sur le système de Bretton Woods.

 

Sinon effectivement la solution de laisser émerger par la libre concurrence une monnaie alternative basée sur l'or (ou de l'or directement) me semble la solution la plus réaliste pour la promotion d'une monnaie saine. Ce qui m'intriguait c'était la réalisation pratique du "retour à l'étalon-or" pour l'euro ou le dollar.



#17 Raoul.

Raoul.

    Plumitif

  • Utilisateur
  • 706 messages

Posté 21/12/2012 - 22:54

Dans le plan de conversion au régime 100 % or élaboré par Rothbard (et présenté par lui devant une commission du congrès), il était prévu que la banque centrale définisse un taux de conversion permettant d’égaliser ses réserves d’or et la masse monétaire en circulation. Sur la base de cette parité, la banque centrale devait rembourser tous les dollars qui se présenteraient. A l’issue de l’opération, elle devait être dissoute.

 

Le problème qui se posait portait sur la nature du stock monétaire en question. La justice aurait voulu que seuls les billets de banque (centrale) soient remboursés, à l’exclusion des dépôts créés par les banques. L’inverse serait revenu à faire un cadeau aux banques. Eh bien, c’est cette dernière solution que préconisait Rothbard, afin de faire en sorte que tous les dépôts se retrouvent immédiatement couverts, et d’éviter ainsi toute déflation. 



#18 xara

xara

    Dr. Grump

  • Habitué
  • 3491 messages

Posté 22/12/2012 - 02:36

A vérifier mais je crois que Huerta de Soto propose un truc proche dans son magnum opus.


Remember: occasionally, it may be an interesting question to ask why a man says what he says; but whatever the answer, it does not tell us anything about whether what he says is true or false. - Joseph Schumpeter

Just as the two basic and mutually exclusive inter-relations between men are peaceful co-operation or coercive exploitation, production or predation, so the history of mankind, – particularly its economic history, may be considered as a contest between these two principles. On the one hand, there is creative productivity, peaceful exchange and cooperation; on the other, coercive dictation and predation over those social relations. - Murray Rothbard

The trouble with quotes on the internet is that it’s difficult to discern whether or not they are genuine. ― Abraham Lincoln


#19 Raoul.

Raoul.

    Plumitif

  • Utilisateur
  • 706 messages

Posté 22/12/2012 - 14:32

Pourquoi 100 %, au juste ? Historiquement, les banques ont toujours utilisé la loi des grands nombres (sinon, ça s'appelle un entrepôt), et la fongibilité des matières monétaires le justifie théoriquement. Il y aura peut-être des banques qui proposeront un tel service, mais il aura un coût, et il n'intéressera sans doute qu'une mince fraction des clients.

 

 

Je dirais plutôt que les faillites bancaires récurrentes dont l’histoire a gardé la mémoire démontrent que la non couverture des dépôts était une pratique relativement courante. Mais il ne faudrait pas en déduire que le principe de couverture complète n’ait jamais été respecté ou qu’il soit peu opportun. Pendant 150 ans, la banque (publique) d’Amsterdam a mis en œuvre une politique de couverture intégrale de manière presque continue, tout en dégageant un léger profit, et il est vraisemblable que cela ait beaucoup contribué à la prospérité dont jouissait la Hollande à cette époque.

 

Par ailleurs, la « loi des grands nombres » n’a de sens que si les évènements envisagés ne sont pas interdépendants. Elle est d’un usage très limité à l’égard des phénomènes boule de neige, comme les bank runs. Quant au fait qu’une banque assurant une couverture intégrale des dépôts puisse être qualifiée d’ « entrepôt » : c’est vrai, mais qu’est-ce que ça change ? Je comprends que les banquiers sentimentalement attachés à la forme traditionnelle de leur métier s’en attristent, et que cela déplaise à ceux qui tiennent à l’existence d’institutions susceptibles de verser aux grands commis de l’Etat des traitements adaptés à leur dignité ; mais pour les autres ?

 

Pour ce qui est du « coût » de gestion de la monnaie, il existe dans tous les cas. La question est de savoir comment il est réparti. Dans un système où le cours légal est conféré à une monnaie publique, ce coût est réparti sur tous les contribuables. De surcroît, au coût de gestion de la monnaie, s’ajoute, pour les détenteurs d’encaisses, celui de sa dépréciation. Dans un système où il n’existerait ni cours légal et ni monnaie financée par le contribuable, les utilisateurs n'auraient aucun moyen de se comporter en free rider à l'égard des coûts de gestion et seraient incités à surveiller de près les coûts liés à la dépréciation.

 

Enfin, moi j’dis ça…

 

EDIT : le coût de d'achat et de détention des réserves n'existe pas tous les cas, à la différence des (autres) coûts de gestion. Le coût des réserves doit donc être mis en balance avec le coût de dépréciation. 


Modifié par Raoul., 22/12/2012 - 14:50.


#20 Raoul.

Raoul.

    Plumitif

  • Utilisateur
  • 706 messages

Posté 22/12/2012 - 14:37

Sinon, autre question. Dans un système où des banques privés impriment des billets convertibles en or, elle doivent donc avoir, au moins en partie, l'or réellement disponible. Si cette pratique se généralise, ne risque-t-on pas d'avoir besoin de beaucoup d'or dans les coffres qui n'est du coup pas utilisable pour l'industrie, ou qui du coup coûterait beaucoup plus cher aux industries qui ont besoin d'or (puisqu'elles seraient en concurrence avec les banques pour avoir besoin de l'or) ?

 

C'est en effet un inconvénient. Il faut le mettre en balance avec les inconvénients des autres systèmes.




0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)