Aller au contenu


Photo
- - - - -

Réfutation Du Libéralisme


  • Veuillez vous connecter pour répondre
105 réponses à ce sujet

#1 Mallory

Mallory

    Scribouillard

  • Nouveau
  • 66 messages

Posté 12/12/2012 - 18:56

Connaissez-vous des auteurs qui auraient véritablement entrepris un essai  [ceci n'est pas un troll] de réfutation du libéralisme tel qu'il se présente dans Human Action ou Man, Economy and State; comme le fit point par point Hazlitt contre le keynesianisme dans The Failure of the New Economics ?

 

Merci par avance.



#2 Raoul.

Raoul.

    Plumitif

  • Utilisateur
  • 706 messages

Posté 12/12/2012 - 20:05

Disons qu'un tel ouvrage serait condamné d'avance commercialement. Ecrire un essai pour réfuter des livres aussi connus et haïs que La richesse des nations, Capitalism and Freedom ou la Théorie générale, ça vaut le coup. A l'opposé, publier un essai contre des livres comme HA ou MES, qui sont quasi inconnus de leurs adversaires idéologiques (et donc de leurs acquéreurs potentiels), et qui sont de surcroît extrêmement longs, ce serait un pari bien risqué financièrement. Cela dit, je n'affirme nullement qu'il n'en existe aucun. 



#3 Raoul.

Raoul.

    Plumitif

  • Utilisateur
  • 706 messages

Posté 12/12/2012 - 20:34

Ce qui s'en approche le plus, à ma connaissance (c'est une série de billets de blogue, et non un essai) :

http://socialdemocra...nomics-101.html



#4 Métazét

Métazét

    Free Market Anticapitalist

  • Utilisateur
  • 966 messages
  • Ma référence:Tucker, Thoreau, Carson
  • Tendance:Libéral de gauche

Posté 12/12/2012 - 21:01

En même temps, tout ce qui peut taper sur le dos du libéralisme, ça fait généralement bander les gauchos. Or, les gauchos, ça prolifère, et même si d'habitude le gaucho est contre la surconsommation, il peut faire des exceptions pour acheter des bouquins qui vont dans le sens de ses utopies ;)

 

Par contre - en étant un peu de mauvaise foi :mrgreen: - je ne crois pas qu'il soit possible de faire une réfutation du libéralisme digne de ce nom. Qui pourrait défendre sérieusement l'idée, qu'après tout, il n'est pas immoral de prendre l'initiative de la force contre quelqu'un qui n'a rien fait à personne ? Parce qu'au fond, ça se ramènerait un peu à ça une tentative de réfutation du libéralisme... une fois épurée de tout ce qui cherche à noyer le poisson...


Mon blog d'éthique et d'épistémologie : http://metazet.over-blog.com

« Les socialistes aiment tellement les pauvres qu'ils en fabriquent » (Jacques Godfrain)

#5 pankkake

pankkake

    Docteur ès lettres

  • Habitué
  • 17597 messages

Posté 12/12/2012 - 21:10

La plupart des réfutations du libéralisme se résument à taper à côté, i.e. à ne pas comprendre ce qu'est le libéralisme.
Mallory demande un truc un peu plus sérieux, et ça, c'est pas facile à trouver.

#6 DiabloSwing

DiabloSwing

    Scribe

  • Membre Actif
  • 8137 messages

Posté 12/12/2012 - 21:15

Michéa ? Je sors, ok.


Il faut juste comprendre qu'en France, libéralisme c'est un équivalent sophistiqué pour caca-boudin. Une fois qu'on à compris ça, les articles de presse vont tout de suite mieux à décoder. Poil à gratter


#7 Cthulhu

Cthulhu

    Sleepy Squid

  • Utilisateur
  • 2780 messages
  • Ma référence:Bastiat
  • Tendance:Anarcap

Posté 12/12/2012 - 21:26

Par contre - en étant un peu de mauvaise foi :mrgreen: - je ne crois pas qu'il soit possible de faire une réfutation du libéralisme digne de ce nom. Qui pourrait défendre sérieusement l'idée, qu'après tout, il n'est pas immoral de prendre l'initiative de la force contre quelqu'un qui n'a rien fait à personne ? Parce qu'au fond, ça se ramènerait un peu à ça une tentative de réfutation du libéralisme... une fois épurée de tout ce qui cherche à noyer le poisson...

 

Je suis d'accord sur la réfutation morale. Après, on peut imaginer une réfutation utilitariste montrant une intervention gouvernementale réussie.


"The best argument against democracy is a five minute conversation with the average voter" Winston Churchill
"The government should not prop up a failed business. That would be like giving food to a mortally wounded animal instead of slitting its throat and properly utilizing its meat and pelt" Ron Swanson
"Every socialist is a disguised dictator" Ludwig von Mises

#8 Raoul.

Raoul.

    Plumitif

  • Utilisateur
  • 706 messages

Posté 12/12/2012 - 21:35

En même temps, tout ce qui peut taper sur le dos du libéralisme, ça fait généralement bander les gauchos. Or, les gauchos, ça prolifère, et même si d'habitude le gaucho est contre la surconsommation, il peut faire des exceptions pour acheter des bouquins qui vont dans le sens de ses utopies ;)

 

 

Justement, alors que les gauchistes seront facilement enclins à acheter un livre de Michéa (quitte à ne jamais le lire) parce que La richesse des nations est devenue une légende qu’ils haïssent autant qu’ils craignent, ils n’iront jamais acheter un livre sur Mises ou Rothbard, tout simplement parce qu’ils ne représentent rien pour eux, tant le microcosme autrichien est fermé sur lui-même (largement contre son gré, sans doute).

 

C’est d’ailleurs un sérieux problème. Faute d’élément critique extérieur qui viendrait identifier et raboter toutes les parties faibles de l’édifice autrichien, celui-ci est conduit à conserver des éléments vermoulus qu’il aurait probablement améliorés ou rejetés s’il était davantage soumis à la critique des pairs. La critique austro-autrichienne a beau être parfois très rude, elle ne remplace pas la critique vraiment « externe » .



#9 Snow

Snow

    Moine-copiste

  • Utilisateur
  • 6079 messages

Posté 12/12/2012 - 22:00

Je suis d'accord sur la réfutation morale. Après, on peut imaginer une réfutation utilitariste montrant une intervention gouvernementale réussie.

 

En même temps la morale on en fait ce qu'on veut. Un type d'extrême-gauche te dira que ce qui est immoral c'est la propriété, car ça revient à utiliser la force pour protéger des biens qui ne t'appartiennent pas, puisque rien ne peut t'appartenir.


Haters gonna hate !

Spoiler

#10 Rincevent

Rincevent

    Encyclopédie humaine

  • Animateur
  • 26964 messages
  • Ma référence:Revel, Simonnot, Sowell
  • Tendance:Libéral classique

Posté 12/12/2012 - 23:11

Michéa ? Je sors, ok.

Plus sérieusement, on peut chercher du côté des communautariens, de certains courants de la sociobiologie, ou des marxistes analytiques. Non pas qu'ils aient raison, mais au moins, ceux-là, ils sont un peu plus difficiles à ridiculiser que la moyenne.
Malgré une littérature aussi abondante que fervente sur la "distribution des revenus", le fait est que la plupart des revenus ne sont pas distribués, mais gagnés. (Sowell) - La politesse se doit, la confiance s'accorde, mais le respect se mérite. - The meaning of peace is the absence of opposition to socialism. (Marx) - Social is a weasel word which has acquired the power to empty the nouns it qualifies of their meaning. (Hayek) - Qui cherche dans la liberté autre chose qu'elle-même est fait pour servir. (Tocqueville) - Dans tout ce qu'on nomme les excès de la liberté, je ne reconnais que l'éducation de la servitude. (Benjamin Constant)

Le monde repose sur le savoir, le travail et la libéralité ; il se maintient par la vérité, la justice et la coopération. (Adapté de I, 2 et 18) - Que les hommes d'Etat soient calmes, car, sans cela, les hommes s'entre-dévoreraient. (Adapté de III, 2) - Celui qui dirige mal son peuple ne pourra jamais expier son crime. (Adapté de V, 21) - Le vrai héros est celui qui sait faire d'un ennemi un ami. (A de R N, 23)

Comme bien d'autres libéraux, je suis passé de "L'individualisme, c'est cool" à "Le marché libre, ça marche", puis à "L'Etat qui planifie, c'est dangereux". (Robert Bradley, Jr)

#11 Mallory

Mallory

    Scribouillard

  • Nouveau
  • 66 messages

Posté 13/12/2012 - 00:22

Ces critiques ne sont-elles pas quasi-exclusivement portées sur de vagues conceptions morales plutôt que sur de solides propositions méthodologiques (praxéologiques notamment) et économiques ?



#12 Jesrad

Jesrad

    Lost in translation

  • Habitué
  • 7860 messages
  • Ma référence:Anselme Bellegarrigue
  • Tendance:Anarcap

Posté 13/12/2012 - 05:33

Par contre - en étant un peu de mauvaise foi :mrgreen: - je ne crois pas qu'il soit possible de faire une réfutation du libéralisme digne de ce nom. Qui pourrait défendre sérieusement l'idée, qu'après tout, il n'est pas immoral de prendre l'initiative de la force contre quelqu'un qui n'a rien fait à personne ? Parce qu'au fond, ça se ramènerait un peu à ça une tentative de réfutation du libéralisme... une fois épurée de tout ce qui cherche à noyer le poisson...


Dans ce genre de livres il y aurait peut-être "Ma Lutte", une obscure oeuvre un peu autobiographique d'un chancellier allemand des années 30-40.
Anarchy isn't about having no rules. It is about having no rulers who enforce unwanted rules on you. -- Kent McManigal
La seule fonction que l'Etat s'applique à remplir à merveille, c'est de se justifier. -- Pankkake
Il n'y a pas de vertu contrainte. -- Pierre Bessard
Rien n'est nécessaire qui ne soit juste. -- Frédéric Bastiat
Le libéralisme c'est "laissez-faire", le socialisme c'est "laissez-vous faire". -- Malky
La démocratie absolue, c'est le pogrom devenu loi. -- paraphrasé depuis Rincevent
Bullshit makes the flowers grow, and that's beautiful.

#13 F. mas

F. mas

    Cheshire Cat

  • Membre Actif
  • 6927 messages
  • Ma référence:Anthony de Jasay.
  • Tendance:Anarcap

Posté 13/12/2012 - 08:47

Sur la critique du libéralisme en général, comme le suggère Rincevent, il y a des "communautariens", qui vont remettre en question la manière dont les libéraux conçoivent l'individu (une entité abstraite faisant des choix précédant la constitution de son identité concrète). Je pense à Charles Taylor (les sources du moi), à Michael Walzer (les sphères de justice) ou encore Michael Sandel (le libéralisme et les limites de la justice) et dans une veine républicaniste A. McIntyre (après la vertu), Q Skinner (La liberté avant le libéralisme) et JGA Pocock. Si leur cible est essentiellement Rawls, une partie de leurs critiques visent la tradition intellectuelle libérale en général.

 

Dans un autre genre, il y a la critique politique adressée par Carl Schmitt, qui est pour lui une théorie incapable d'en saisir la spécificité et les contraintes (Notion de politique, théorie de la constitution, parlementarisme et démocratie) ou encore sa déconstruction historique marxienne par Christian Laval dans L'homme économique, essai sur les racines du néolibéralisme. 


"I would remind you that extremism in the defense of liberty is no vice! And let me remind you also that moderation in the pursuit of justice is no virtue"

Barry Goldwater, visiblement inspiré par Cicéron.

#14 poney

poney

    Gros posteur

  • Utilisateur
  • 14152 messages
  • Ma référence:Freddie Mercury
  • Tendance:Libéral classique

Posté 13/12/2012 - 13:27

Par contre - en étant un peu de mauvaise foi :mrgreen: - je ne crois pas qu'il soit possible de faire une réfutation du libéralisme digne de ce nom. Qui pourrait défendre sérieusement l'idée, qu'après tout, il n'est pas immoral de prendre l'initiative de la force contre quelqu'un qui n'a rien fait à personne ? Parce qu'au fond, ça se ramènerait un peu à ça une tentative de réfutation du libéralisme... une fois épurée de tout ce qui cherche à noyer le poisson...

 

Les réfutations anar vont contre cette idée et je ne les trouve pas dénuées de sens. Ca m'a surpris au début, mais ils sont contre la responsabilité et contre l'initiative personnelle, parce qu'ils ramène tout à l'esprit de communauté.

Je pense que c'est une critique parfaitement valable, après, c'est un mode de vie qui ne m’intéresse absolument pas et que je pense encore plus utopiste que le libéralisme.


''Je crois que la différence qu'il y a entre les oiseaux et les hommes politiques, c'est que de temps en temps les oiseaux s'arrêtent de voler ! '' Coluche

"L'étatisme est souvent un naufrage personnel" Rincevent

J'ai accepté de parier un bac et non 5! Oui, je sais, je suis un petit joueur. Mais quand tu auras perdu, tu me remercieras de ne pas avoir fait monter davantage les enchêres

 

Je n'ai pas parlé de démission. J'ai parié qu'il n'irait pas au bout de son mandat. La nuance est effectivement de taille et mes chances de l'emporter n'en sont que plus importantes .

 

Rendez-vous fin 2015 pour voir qui aura eu raison

 


#15 Acéphale

Acéphale

    Ecrivain public

  • Utilisateur
  • 1205 messages
  • Tendance:Minarchiste

Posté 13/12/2012 - 21:37

ll y a des "communautariens", qui vont remettre en question la manière dont les libéraux conçoivent l'individu (une entité abstraite faisant des choix précédant la constitution de son identité concrète). Je pense à Charles Taylor (les sources du moi), à Michael Walzer (les sphères de justice) ou encore Michael Sandel (le libéralisme et les limites de la justice) et dans une veine républicaniste A. McIntyre (après la vertu), Q Skinner (La liberté avant le libéralisme) et JGA Pocock.

Ces ouvrages sont-ils bien construit et intéressant ou est-ce une perte de temps de s'y intéresser ?


I was born in a welfare state
Ruled by bureaucracy
Controlled by civil servants
And people dressed in grey
Got no privacy, got no liberty
Cos the twentieth century people
Took it all away from me.                                
Ray Davies.

 

 


#16 Mallory

Mallory

    Scribouillard

  • Nouveau
  • 66 messages

Posté 13/12/2012 - 21:49

La communauté n'a pourtant pas, à proprement parler, d'esprit; cela reste une métaphore pour désigner (maladroitement) les manifestations générales des actions humaines. Je ne comprends pas bien comment cette idée grossièrement (littéralement, i.e. sans aucune subtilité) anti-individualiste peut être recevable. Pourriez-vous préciser ce que vous lui trouvez de valable ?

 

Merci F.mas pour ces références.

 

 



#17 Jesrad

Jesrad

    Lost in translation

  • Habitué
  • 7860 messages
  • Ma référence:Anselme Bellegarrigue
  • Tendance:Anarcap

Posté 13/12/2012 - 22:21

Chaque fois que quelqu'un parle de volonté commune je remplace par 'influence de l'un sur les autres' ou par 'suivisme'.
Anarchy isn't about having no rules. It is about having no rulers who enforce unwanted rules on you. -- Kent McManigal
La seule fonction que l'Etat s'applique à remplir à merveille, c'est de se justifier. -- Pankkake
Il n'y a pas de vertu contrainte. -- Pierre Bessard
Rien n'est nécessaire qui ne soit juste. -- Frédéric Bastiat
Le libéralisme c'est "laissez-faire", le socialisme c'est "laissez-vous faire". -- Malky
La démocratie absolue, c'est le pogrom devenu loi. -- paraphrasé depuis Rincevent
Bullshit makes the flowers grow, and that's beautiful.

#18 Mallory

Mallory

    Scribouillard

  • Nouveau
  • 66 messages

Posté 13/12/2012 - 22:30

ou plus objectivement, peut-être, par "accord entre les volontés individuelles" puisque, a priori, on ne peut pas savoir s'il y a eu influence réciproque; et quand bien même cela serait très généralement le cas, on est sûr, par cette expression, de prendre en compte même ceux qui agiraient "de leur propre initiative".



#19 Rincevent

Rincevent

    Encyclopédie humaine

  • Animateur
  • 26964 messages
  • Ma référence:Revel, Simonnot, Sowell
  • Tendance:Libéral classique

Posté 13/12/2012 - 23:22

La communauté n'a pourtant pas, à proprement parler, d'esprit; cela reste une métaphore pour désigner (maladroitement) les manifestations générales des actions humaines. Je ne comprends pas bien comment cette idée grossièrement (littéralement, i.e. sans aucune subtilité) anti-individualiste peut être recevable. Pourriez-vous préciser ce que vous lui trouvez de valable ?

Hé, tu n'as pas demande de contradicteurs dont les idées étaient valables, mais dont les raisonnements tenaient un peu la route. C'est très différent.
Malgré une littérature aussi abondante que fervente sur la "distribution des revenus", le fait est que la plupart des revenus ne sont pas distribués, mais gagnés. (Sowell) - La politesse se doit, la confiance s'accorde, mais le respect se mérite. - The meaning of peace is the absence of opposition to socialism. (Marx) - Social is a weasel word which has acquired the power to empty the nouns it qualifies of their meaning. (Hayek) - Qui cherche dans la liberté autre chose qu'elle-même est fait pour servir. (Tocqueville) - Dans tout ce qu'on nomme les excès de la liberté, je ne reconnais que l'éducation de la servitude. (Benjamin Constant)

Le monde repose sur le savoir, le travail et la libéralité ; il se maintient par la vérité, la justice et la coopération. (Adapté de I, 2 et 18) - Que les hommes d'Etat soient calmes, car, sans cela, les hommes s'entre-dévoreraient. (Adapté de III, 2) - Celui qui dirige mal son peuple ne pourra jamais expier son crime. (Adapté de V, 21) - Le vrai héros est celui qui sait faire d'un ennemi un ami. (A de R N, 23)

Comme bien d'autres libéraux, je suis passé de "L'individualisme, c'est cool" à "Le marché libre, ça marche", puis à "L'Etat qui planifie, c'est dangereux". (Robert Bradley, Jr)

#20 Mallory

Mallory

    Scribouillard

  • Nouveau
  • 66 messages

Posté 14/12/2012 - 00:04

mais "l'esprit de la communauté" ne tient même pas "un peu la route"




0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)