Aller au contenu


Photo
* * * * * 2 note(s)

Flims du moment


  • Veuillez vous connecter pour répondre
5244 réponses à ce sujet

#5241 JIM16

JIM16

    reference en matiere de cool

  • Utilisateur
  • 16201 messages
  • Ma référence:Anne Husquipulsz

Posté 19/11/2014 - 17:33

tu rammessera tes dents avec tes doights cases

 

My_eyes.png


"Ah ouille fait chier je me suis encore brulee sur ce putain de four" - Ayn Rand

 

 


#5242 Melkion

Melkion

    Littérateur

  • Utilisateur
  • 927 messages
  • Ma référence:Thomas Jefferson
  • Tendance:Minarchiste

Posté 19/11/2014 - 18:40

Scarlett en super gros plan est meme pas belle, elle a un gros nez et de la moustache.

Elle et Jenifer Lawrence j'ai jamais compris la hype qu'il y a autour. Je les trouve quelconques.



#5243 kolb

kolb

    Littérateur

  • Utilisateur
  • 1128 messages
  • Tendance:Libéral classique

Posté 20/11/2014 - 17:19

"DE L'AUTRE COTE DU MUR" encore un flim sur la DDR ou bien un excellent flim sur la DDR ?

 

 https://www.youtube....h?v=Hb-AOkCq2Mc


Le serendip, l'esprit rêvé des libéraux.

                Cuneiform_amagi.gif

Le plus vieux mème liberté ( Sumer -4313 ans )

 


#5244 Dardanus

Dardanus

    Historien

  • Membre Actif
  • 4097 messages
  • Ma référence:Mises
  • Tendance:Libéral de gauche

Posté 20/11/2014 - 18:26

Ce n'est pas un film sur l'Est. Comme le titre l'indique : c'est une Allemande de l'Est qui passe avec l'ouest avec son fils.

Le film est assez confus dans son propos : d'abord  une intention de miroir (elle se heurte à l'incompréhension, à la bureaucratie, à la suspicion et croit se retrouver dans la même situation qu'à l'Est) puis l'accent est mis sur une paranoïa qu'elle développe (n'est-elle pas espionné par la Stasi).

Les personnages disparaissent sans crier gare : son amant russe qu'elle croit mort mais qui ne l'est peut-être pas et est passé à l'ouest mais dont le sort n'est jamais élucidé ; puis un amant noir américain, un homme marié,  qui l'a interrogé et qui s'est épris d'elle mais dont on ne sait non plus ce qu'il devient ; puis un autre allemand de l'est, soupçonné par les autres transfuges d'être un mouchard. Finalement happy end miraculeux à Noël : l'allemand en question la rejoint dans son appartement : elle a fini par trouver sa place, un emploi et un équilibre.

C'est très bien interprété, notamment le personnage du jeune fils (enfant naturel né de la liaison avec le Russe) mais on se demande vraiment quel était le propos.


Le goût des fonctions publiques et le désir de vivre de l'impôt n'est point chez nous une maladie particulière à un parti, c'est la grande et permanente infirmité de la nation elle-même. Tocqueville

L’esprit humain est facilement troublé, mais ne devient que difficilement limpide, tout comme l’eau du bassin. Huainan Zi

S’il y avait moins de compassion dans le monde, il y aurait moins de problèmes dans le monde. Oscar Wilde

Jamais on ne fait le mal si pleinement et si gaiement que quand on le fait par conscience. Pascal

Un chien n’est pas un bon chien parce qu’il aboie bien ; un homme n’est pas un sage parce qu’il parle bien. Zhuang Zi

#5245 kolb

kolb

    Littérateur

  • Utilisateur
  • 1128 messages
  • Tendance:Libéral classique

Posté hier, 13:19

Ce n'est pas un film sur l'Est. Comme le titre l'indique : c'est une Allemande de l'Est qui passe avec l'ouest avec son fils.

Le film est assez confus dans son propos : d'abord  une intention de miroir (elle se heurte à l'incompréhension, à la bureaucratie, à la suspicion et croit se retrouver dans la même situation qu'à l'Est) puis l'accent est mis sur une paranoïa qu'elle développe (n'est-elle pas espionné par la Stasi).

Les personnages disparaissent sans crier gare : son amant russe qu'elle croit mort mais qui ne l'est peut-être pas et est passé à l'ouest mais dont le sort n'est jamais élucidé ; puis un amant noir américain, un homme marié,  qui l'a interrogé et qui s'est épris d'elle mais dont on ne sait non plus ce qu'il devient ; puis un autre allemand de l'est, soupçonné par les autres transfuges d'être un mouchard. Finalement happy end miraculeux à Noël : l'allemand en question la rejoint dans son appartement : elle a fini par trouver sa place, un emploi et un équilibre.

C'est très bien interprété, notamment le personnage du jeune fils (enfant naturel né de la liaison avec le Russe) mais on se demande vraiment quel était le propos.

 

Merci. Sans avoir vu le film j'ai eu l’impression d'un "déjà vu". Il est vrais qu'après "La vie des autres"  et "Barbara" c'est plus difficile de faire un bon film sur DDR.

Mais les disparitions et la paranoïa d'un transfuge à l'ouest me semblent intéressantes et réalistes.  :)
 


Le serendip, l'esprit rêvé des libéraux.

                Cuneiform_amagi.gif

Le plus vieux mème liberté ( Sumer -4313 ans )

 



3 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 3 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)